Alors que le crowd funding pour aider Rob Zombie à financer son prochain long métrage se termine d’ici quelques heures, et que le mystère reste entier quant au projet dont nous ne connaissons que le titre, 31, papa Rob s’est prêté à un classement personnel pour bien préparer cette nuit d’Halloween à venir.

En effet, le musicien / réalisateur nous a concocté, sur son site internet, un top 10 de ses scènes préférées issues de sa propre filmographie. Filmographie de taille minimaliste, mais une stature adulée notamment grâce à une fanbase énorme déjà existante. Il faut tout de même reconnaître que le bonhomme nous a pondu de sacrés films d’horreur depuis maintenant près de 10 ans. L’occasion idéale d’avoir un regard subjectif au sein d’une filmographie parfaite pour égayer votre soirée d’Halloween avec les mots de Rob himself que nous nous sommes fait un plaisir de vous traduire, attention toutefois aux spoilers. Happy Halloween to all of you !

10. Halloween 2 – La folie de Laurie

Ce n’est pas forcément effrayant, mais il y a la scène finale d’Halloween 2. Une scène où le spectateur ne sait pas si Laurie Strode est morte, ou si elle hallucine, ou si elle est dans un asile, ou autre chose. Elle se retrouve dans une immense chambre blanche et nous basculons dans son monde. Elle arbore un regard tellement fou, elle a des visions de sa mère vêtue entièrement de blanc sur un cheval blanc qui s’approche d’elle. Et ce sourire tellement fou se dessine sur son visage. Voilà comment j’ai conclu le film. J’aime quand les choses sont visuelles et ce fut un super visuel.

09. The Lords of Salem – Tea Time

J’aime vraiment beaucoup cette scène dans The Lords of Salem où Bruce Davison, qui interprète Francis Matthias, arrive dans la maison et prend le thé avec les trois femmes, parce que c’est une scène d’une grande simplicité. Il y a ces trois femmes qui semblent clairement prendre le thé, sans aucune menace, et l’aspect et l’ambiance dans la maison sont superbes. Bruce est tellement une personne et un acteur adorable et voir ces trois femmes scruter les alentours et l’endormir, juste avant de l’attaquer, était super. Ce fut l’un de ces moments où vous capturez un ensemble d’acteurs qui ont un vrai feeling. C’est une scène subtile en dépit de ce moment fou et violent, il se pourrait bien que ce soit la scène à la plus forte tension de tout le film.

08. Halloween – Les hurlements de Laurie

J’aime vraiment beaucoup la manière dont se termine Halloween. Le gros problème que j’ai rencontré avec ce film était que je trouvais le personnage de Laurie un tantinet ennuyant. Laurie Strode n’était pas mon personnage, elle était celui de John Carpenter. J’ai essayé de la remanier comme j’ai pu, mais ce personnage m’ennuyait et, quelque part, ennuyait également Scout Taylor-Compton, qui l’interprétait. Seulement, avec le temps, lorsque j’en suis arrivé à cette fameuse scène finale, j’ai changé d’avis. Laurie est tombée du balcon avec Michael. Elle se positionne au-dessus de lui, ensanglantée, et enfonce le pistolet sur la tête de Michael et lui tire dessus. Le sang explose partout sur son visage et elle commence à hurler. C’est un peu comme si le sang l’avait infecté et qu’elle devient aussi folle que Michael ne l’est. Ce fut le moment où j’ai soudainement adoré ce personnage et où je me suis dit : « Oh, je pourrais revenir et recommencer le même film parce que maintenant ce personnage est devenu un personnage différent et qui n’avait jamais été créé avant. »

07. The Devil’s Rejects – Séquestration au motel

Il y a une scène dans The Devil’s Rejects dans la chambre au motel où Otis et Bébé retiennent le groupe Banjo & Sullivan en otage et les terrorisent verbalement. C’est une scène d’une très grande intensité, en particulier entre les acteurs Bill Moseley et Priscilla Barnes. Il a son arme braquée sur elle et fait glisser son pistolet en dessous de ses sous-vêtements, devenant le plus sordide possible. À ce moment précis, j’ai vraiment ressenti que nous tenions quelque chose. Quand vous filmez, tout semble artificiel et on le voit très bien que c’est du faux qu’on met en scène, mais cette fois-ci tout me semblait bien réel. J’ai tellement aimé cette scène que j’ai immédiatement pensé : « On aurait pu tourner l’intégralité du film dans ce motel. » Mais ce n’aurait pas été le film le plus plaisant à regarder.

06. La Maison des 1000 Morts – Showtime !

J’aime vraiment beaucoup la scène dans La Maison des 1000 Morts quand les quatre héros sont à table avec la famille et que le grand-père se lève et hurle avec sa bouche pleine de nourriture : « It’s Showtime ! ». C’est le moment où l’on part vers ce grand show bizarre où il raconte ses blagues crasseuses et où Bébé chante sa chanson de Betty Boop. C’était tellement hors propos et ça n’a rien à voir avec tout le reste. J’aime ce genre de moments dans les films, lorsque le spectacle que vous attendiez n’est pas en train d’arriver.

05. Halloween 2 – Oh la vache

Dans Halloween 2, il y avait une scène avec les deux conducteurs qui partent de chez le coroner transportant le corps de Michael Myers. Ils arpentent les routes du pays et ils heurtent une vache qui vient s’écorcher dans le camion. Ils sont dans le cirage et Michael ouvre soudainement la porte arrière du camion, approche de l’avant et voit la tête coupée du conducteur par un énorme morceau de vitre. Et pendant qu’il regarde vers la route, il a la première vision de sa mère avec le cheval blanc. J’aime cette scène pour beaucoup de raisons, en particulier car elle s’inspire d’un véritable accident qu’un colocataire m’avait raconté et qu’il avait vécu avec des amis où ils avaient percuté une vache. Cette vache inattendue était un ressort très important pour moi, il fallait que le spectateur ne s’y attende absolument pas.

04. Halloween – La salopette

J’adore la scène dans Halloween quand le personnage de Joe Grizzly, joué par Ken Foree, entre dans la salle de bain et que Michael le tue afin de lui voler sa salopette de travail. Avec ce film j’essayais de trouver un moyen de justifier absolument tout. Comment pourrait-il trouver des vêtements ? Comment les prendrait-il ? Comment ferait-il ? On a tourné cette scène brillante en une nuit. Quand vous regardez la scène, elle parait violente parce qu’elle a réellement été violente au moment de la tourner.

03. The Lords of Salem – La folie d’Heidi

J’aime la scène dans The Lords of Salem où Heidi est finalement emmenée dans une chaise roulante à l’intérieur de l’appartement 5. Elle a ce fabuleux maquillage squelettique et on voit enfin l’appartement 5, qui se révèle être le portail vers l’Enfer. Ce fut l’un de mes moments préférés à filmer juste parce que ce fut la dernière chose que nous avons tourné.

02. La Maison des 1000 Morts – Un silence de plomb

Il y a une scène dans La Maisons des 1000 Morts où Otis pointe un flingue sur la tête d’un policier, et il y a ce plan de sortie à la grue qui conclue la scène pendant une minute dans un silence de mort. Regarder cette scène avec un public dans un cinéma était super, parce que la tension qui se construit pendant une minute de silence, où tout le monde restait scotché sur son siège pour connaitre le sort du policier, était hilarante. En temps normal, dans ce genre de séquence, les gens ne savent pas rester silencieux pendant plus de 10 secondes, ils le sont restés pendant cette longue minute !

01. The Devil’s Rejects – Free Bird

À la fin de The Devil’s Rejects, il y a une énorme et sanglante sortie sur le morceau Free Bird de Lynyrd Skynyrd. Quand quelqu’un m’a demandé : « Comment allez-vous finir votre film ? » Et que je lui ai répondu : « Je vais le conclure avec cinq minutes du morceau Free Bird. » Je n’ai récolté que des regards vides jusqu’à ce qu’il rajoute : « Non sérieusement, comment allez-vous le terminer ? » Malgré tout, cela semble être un moment que tout le monde aime. Je pensais que c’était cool de prendre cette chanson iconique qui n’a presque pas perdu de son pouvoir. Le plus gratifiant c’est d’entendre les gens vous dire : « Oh, maintenant, quand j’écoute le morceau, je ne peux pas m’empêcher de penser à la fin de ce film. »

Voilà une phrase qui résume bien notre avis sur la puissance de ce final de The Devil’s Rejects, et sur la puissance globale de la filmographie de Rob Zombie, qui mérite véritablement sa place de leader au sein du classement fait par l’auteur lui-même !