Dans une récente interview, Gérard Depardieu ne s’est pas montré tendre avec l’immonde Welcome to New York d’Abel Ferrara.

Actuellement, le film connait un regain d’intérêt avec une sortie vidéo dans une version inédite. Pour Depardieu, Abel Ferrara n’aurait pas compris que le récit centré sur Nafissatou Diallo était plus important que les trois partouzes au FMI. Il ajoute à ses propos, comme pour se défiler : « De toute façon, aujourd'hui, tu ne peux pas allumer un écran sans voir une bite énorme qui sort. A croire que tout le monde est devenu peine-à-jouir. »

Quand on lui demande alors pourquoi il a accepté de jouer ce rôle, il réplique : « Quand on m'a demandé pourquoi j'avais fait le film, j'ai répondu d'abord : 'Parce que je l'aime pas'. Mais ce qui est important, pour moi, ce n'est pas de l'aimer ou de ne pas l'aimer, c'est de le comprendre. Je n'ai pas envie de faire une caricature. J'ai envie de comprendre. En l'occurrence, une maladie, une pulsion. Après, on est libre ou pas de se faire soigner. »

Des justifications un peu tardives qui ne changeront rien au fait que Welcome to New York reste un film abject et sans aucun intérêt artistique. Quand bien même Audiard disait : « C’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule »…il aurait mieux valu ne pas y céder cette fois-ci !